Tyl

L’Ecclesiat ne vit et ne respire que sous la loi de Dieu, et cela depuis près de mille cinq-cents ans, et depuis cette époque, la loi de Dieu s’écrit à Tyl, la ville sainte.
Mais la plupart des croyants parlent du “Château”, parce que Tyl n’était, à l’origine, qu’une petite forteresse dressée par les Gens des montagnes. Au fil des ans, la place forte de Tyl a profité simultanément de l’affaiblissement démographique de cités de la Ligue Alfine et de l’extension de leur religion commune pour devenir, moyennant de petites guerres et coup bas diplomatique, le centre de la vie politique du Sud — et ce malgré sa position totalement excentrée. À partir de là, sa puissance commerciale s’est tranquillement développée.

Publicités