Liarnes

Liarne est la plus ancienne cité de Slasie. Liarne a toujours été là, et ses fondateurs réels se perdent dans la nuit des temps. La ville est construite couche sur couche, au fur et à mesure des influences. Elle eut son propre empire il y a longtemps, puis passa sous domination alfine. Elle connu alternativement des périodes d’indépendance, puis passa sous la domination des Salentins. Elle retrouva sa pleine indépendance suite à la seconde guerre des ponts, et ses rois dominèrent la Slasie jusqu’à l’émancipation de Tandale.
Liarne est une très grande cité, plus grande en superficie que Tandale. Différents niveaux de murailles successives témoignent de l’assimilation progressive des terres alentours dans l’agglomération.

Cité cosmopolite, Liarne n’est plus une royauté depuis la conquète, mais un protectorat. Elle a longtemps gardé une forte rancoeur vis-à-vis de Tandale pour la mutilation de son territoire et la perte de son vieux port du Nord et de ses terres au Sud. Mais les liarnais d’aujourd’hui, à part certaines vieilles famille cultivant leur haine, sont relativement paisibles.

Liarne a longtemps négligé son patrimoine historique. Seule la muraille extérieure a été entretenue ; les trois murailles intérieures ont servi de carrière et on été laissées à l’abandon. Ce n’est que récemment, sous l’influence des Spadelpietra de Tandale, qu’on a isolé et protégé les dernières ruines de l’époque pré-alfines et alfines. La ville a subit relativement peu de destruction depuis 2000 ans.

À partir de cette époque alfine, Liarne a développé une civilisation originale qui a établit très tôt un mélange de plusieurs influence. Culturellement, elle a véritablement colonisé l’ensemble de la Slasie, et ce quels qu’aient été ses maîtres politique. Salence est une ville développée par les Slases, mais ceux-ci se sont très tôt totalement convertis aux moeurs culturelles liarnaise.

La ville n’est certes plus un centre politique depuis longtemps. Mais la langue de Slasie est le liarnais, l’architecture aussi, les étudiants y font leurs études… La perte de son grand port de Perto-Vecho lui a retiré son statut de carrefour commercial, mais elle est malgré tout un immense symbole culturel du monde oriental.

Publicités